Petit flash télé

7112011

Diffusé dans l’émission Un amour de chien sur les ondes de Cogeco en septembre dernier, voici le petit clip vidéo qui a été enregistré dans mon salon de toilettage. Je tiens à remercier chaleureusement Mme Bergeron d’avoir si gentiment accepté de bien vouloir participer à cette aventure avec sa petite Chanelle : avec sa patience d’ange, cette dernière a tout simplement été merveilleuse (comme à son habitude d’ailleurs!)

J’espère que vous apprécierez!!!


Image de prévisualisation YouTube




Mise à jour de petite Betty

12092011

Bonne nouvelle! Petite Betty va très bien!  Elle a terminé ses antibiotiques depuis 8 jours, et nulle trace de résidus de son abcès rétro-bulbaire. Mais… eh oui, il y a un mais…

Betty souffre d’allergies alimentaires depuis le printemps. Celles-ci étaient contrôlées par de la cortisone, mais nous avions dû l’arrêter lorsqu’elle a eu son abcès. Ses allergies sont donc revenues au triple galop. Maintenant, la suite logique est de trouver ce qui lui cause ces allergies.

Depuis le printemps, j’ai changé à quelques reprises sa nourriture, sans succès. Je prends donc le taureau par les cornes : Betty sera nourrie BARF!!! C’est quoi ça? Simplement Bones and Raw Food ou, si vous préférez, os et nourriture crue. Comme nous n’avons aucune idée à quel(s) aliment(s) elle est allergique et qu’en théorie, un chien qui n’a jamais consommé un aliment X ne peut y être allergique, j’ai commencé il y a une dizaine de jours avec de l’agneau. Eh oui, de l’agneau à 26 $/kg!!! Ce n’est pas donné, mais comme ce n’est qu’une période test de quelques semaines tout au plus et que petite Betty ne pèse que 6.5 kg, je n’avais pas trop peur de devoir à crier faillite. Ses repas consistaient donc exclusivement à 260 g d’agneau cru par jour, rien de plus. Au moins, elle prenait enfin plaisir à manger, vous ne trouvez pas?

img6253r.jpg

Cependant, sa peau restait complètement inflammée. Le vétérinaire m’a expliqué que lorsque l’animal est en forte crise d’allergies, il peut être nécessaire de médicamenter un peu avant de voir un quelconque effet positif de son alimentation. Compte tenu que ça fait beaucoup de médicaments en peu de temps que je lui donne, j’ai longuement hésité. Mais je n’ai pu faire autrement tellement ses allergies étaient graves.

img6591r.jpg 

Je ne lui ai donné que quelques doses de Benadryl, et pour mettre toutes les chances de notre côté, j’ai de nouveau changé son alimentation pour quelque chose de totalement nouveau : du cheval!

Aujourd’hui, après 4 jours à ne consommer que du cheval complémenté d’un peu de riz, et sans aucune médication, il me semble voir un amélioration de son état. Je crois qu’elle se gratte moins, et sa peau est moins inflammée. Je me croise les doigts. Serait-ce que nous verrons enfin un dénouement positif à toute cette galère?

 

 

 




Une période particulièrement difficile

25082011

Ce printemps fut particulièrement empreint d’épreuves. Premièrement, en avril, mon père est décédé d’un ACV fulgurant. Quelques jours après, un incident au travail m’a laissé le bras dans le plâtre. Le mois suivant, nous perdions de septicémie Baïka, notre merveilleuse femelle berger allemand âgée de 10 ans. Et puis vous vous souvenez de notre petite Betty (voir article ci-dessous)? Eh bien, elle est tombée très malade.

À la mi-juillet, faute de pluie, l’herbe était très sèche. En la consommant, petite Betty s’est occasionné une petite blessure dans le fond de la gorge. Les bactéries se sont alors propagées à la vitesse grand V. Étant incapable d’ouvrir pleinement la gueule, je suis allée consulter le vétérinaire. Nous sommes ressortis avec des antibiotiques et des anti-inflammatoires, mais sans vraiment avoir de diagnostic. Betty allait de mieux en mieux, mais trois jours après la fin de sa médication, son état s’est rapidement détérioré : fièvre, douleur intense au niveau de la gueule et de la tête, masse sous l’oeil gauche, incapacité de manger, bref, petite Betty ne bougeait plus ni n’ouvrait les yeux. De retour chez le vet pour une analyse sanguine et des radiographies. Comme rien n’était apparent, je suis retournée à la maison avec une deuxième série d’antibiotiques. Mais après 3 jours, comme ça n’allait toujours pas mieux, je suis partie d’urgence pour l’hôpital vétérinaire Daubigny de Québec, après bien sûr avoir reporté tous mes clients de la journée.

Le diagnostic ne se fut pas trop attendre : abcès rétro-bulbaire (derrière l’oeil). Traitement : chirurgie pour tenter de percer l’abcès, plus une panoplie de médicaments et de soins pré et post-chirurgicaux. Total de l’estimé? De 2000 $ à 2500 $, tout en étant certain (le vet consulté) que les frais risquaient d’être de beaucoup supérieurs. J’ai alors appelé mon vétérinaire qui a accepté de procéder à l’opération, mais la semaine suivante seulement car il partait en vacances. De retour à Alma avec en poche une troisième série d’antibiotiques ainsi que des anti-douleurs…

Pendant la semaine d’attente, les antibiotiques ont travaillé à moitié seulement. La fièvre était tombée, mais c’est à peu près tout. Dès que mon vétérinaire fut de retour, petite Betty était sur la table d’opération. Malheureusement, l’abcès est resté introuvable. Je suis retournée à la maison avec un chien à moitié endormi et une quatrième série d’antibiotiques.

Ça fait maintenant plus d’un mois que Betty est sous médication. Son état s’améliore, mais je constate qu’elle n’ouvre pas encore totalement la gueule et refuse de s’alimenter par elle-même. Ma crainte est que dès que nous cesserons les antibiotiques, les bactéries attaqueront de nouveau. Pire encore, elles seront probablement devenues très résistantes aux antibiotiques.   

Je vous tiens au courant des développements qui ne sauront certainement tarder. Souhaitez-nous bonne chance!!!

Petite Betty très malade 

 

 

 




Pécher par omission

1062011

C’est la seconde fois en plus de vingt ans que je subis des blessures assez sérieuses au travail.

La première fois, mon petit « ami » était un petit caniche d’environ 10 livres. Il m’a arraché une partie du pouce. La seconde fois, c’est un montagne des Pyrénées de plus de 100 livres qui m’a fracturé un os de la main. Mais quel est le point en commun entre ces deux événements? L’omission, de la part du propriétaire, d’une information très importante.

Le propriétaire du petit caniche n’a jamais daigné m’aviser que son chien était refusé à tous les salons de toilettage pour cause d’agressivité. Il semblait d’ailleurs très coopératif… jusqu’à ce qu’il se retourne brusquement pour me mordre, et ce, sans aucun avertissement préalable. J’en fut quitte pour quelques jours de congé forcé, le temps que mes plaies guérissent.

Quant au montagne des Pyrénées, j’ai su trop tard qu’il détestait tant prendre un bain qu’il se débattait comme une truite au bout d’un hameçon. Résultat : 4 semaines dans le plâtre. Je viens d’ailleurs tout juste de le faire enlever.

Et pourtant, lors des deux accidents, les clients savaient comment se comportait leur chien. Mais ils ont omis de m’en aviser.

J’aurais pu subir bien d’autres blessures au fil des ans car le travail de toiletteur n’est pas sans danger, mais généralement, les clients n’hésitent pas à nous informer quant au comportement de leur animal. De plus, la rapidité développée au fil des ans nous permet d’éviter dents et griffes acérées. Mais ces deux blessures étaient de trop. Elles n’auraient jamais dû avoir lieu. 

Donc, de la part de tous les toiletteurs du Québec, je vous fait, chers clients et futurs clients, la demande suivante : INFORMEZ-NOUS!!!  Votre chien n’aime pas le séchoir? Dites-le nous. Votre chien n’aime pas se faire couper les griffes? Dites-le nous. Votre chien n’aime pas se faire brosser? Dites-le nous. Votre chien a déjà mordu? Dites-le nous. Dois-je continuer?

 




Le toilettage par étapes

9042011

« Quoi, mon chien ne sera pas prêt dans 30 minutes? Pourquoi ça prend autant de temps? »

Un toilettage s’effectue par étapes où chacune d’elles a son importance. De plus, chacune prend plus ou moins de temps en fonction  du type de fourrure, de sa longueur, de son entretien à la maison, du gabarit du chien, de son état de santé ou encore, de son comportement.

À partir de photos que j’ai prises (pas facile d’être photographe et toiletteuse en même temps!), je vous laisse imaginer ce que demande un toilettage comme somme de travail !

Cliquez sur la photo ci-dessous :

img0190n2.jpg 

 

 

 




Nouvelle amie

7042011

C’est avec plaisir que je vous présente ma nouvelle amie, la petite Betty. De race terrier gallois (welsh terrier) et âgée de 2 ans, elle vous accueillera avec joie lorsque vous viendrez avec votre compagnon canin à notre salon de toilettage.

N’hésitez pas à lui offrir des gâteries (ainsi qu’à votre compagnon par la même occasion!) : un contenant est d’ailleurs placé au mur près de la porte d’entrée!

 À bientôt! 

img0547r.jpg 

 

 

 

 

 




Nouvelle page : trucs et astuces

18022011

Une nouvelle page vient de voir le jour sur ce site (voir onglet Trucs et astuces). À chaque mois, j’y ajouterai un nouveau truc qui pourra vous aider lors du toilettage ou de l’éducation de votre compagnon. Si vous avez des suggestions ou des commentaires à me faire, n’hésitez pas à me contacter!

 

 




C’est l’hiver! Brrrrr!!!!!

24012011

On pensait s’en sauver, mais le mercure, qui indique – 30, nous fait réaliser qu’au Québec, il y aura toujours un hiver. Même ma vieille fille Baïka ne veut pas mettre de pattes dehors!!!

Ce ne sera pas long ma grande… patience. Il ne reste qu’un mois et le printemps commencera à se faire sentir. Tu pourras enfin retourner jouer sans risque!

img9940r.jpg 

 

 

 

 




Bienvenue chez moi!

24012011

Je vous invite à visiter virtuellement mon petit salon de toilettage. Nul besoin de vous déchausser, mettez-vous à l’aise et faites comme chez vous! Un p’tit café peut-être?

img2724.jpg img2699.jpg

img2716.jpg img2702.jpg

img2709.jpg img2711.jpg

 

 

 

 




Un apprentissage crucial : le toilettage

12012011

L’acceptation de votre compagnon à l’entretien régulier de sa fourrure ne se fait pas par magie. De façon innée, dès la naissance, tout chien est réfractaire à une telle manipulation. D’être soumis, que ce soit avec amour, délicatesse et patience, ou encore par la contrainte ou par la force, à un toilettage n’est tout simplement pas « normal » pour un animal. À la télévision, je n’ai d’ailleurs jamais visionné de documentaire où les loups se faisaient brosser ou laver par un congénère…

Avez-vous déjà visité une exposition canine ou féline? Avez-vous remarqué que tous ces animaux acceptent, sans broncher, la coupe de griffes, le brossage de la fourrure, un examen dentaire ou des oreilles ou toute autre manipulation? Mais pourquoi donc? Est-ce que ces animaux sont exceptionnels? Est-ce qu’ils sont « plus gentils » que le vôtre? Non.

Ces animaux ont simplement reçu un apprentissage dès leur plus bas âge. Heureusement, cela s’apprend. Mais il faut y mettre du sien, rien n’est magique!

Occasionnellement, j’aime à comparer le comportement des animaux à celui des humains car très souvent, les résultats sont similaires. Par exemple, si vous n’avez jamais enseigné à votre enfant, tôt dans sa vie, à faire son lit, jamais il ne le fera. Pire encore : si vous décidez d’attendre à l’adolescence pour l’y obliger, vous pouvez être certain de déclencher une chamaille qui n’en finira plus. Il en est de même pour votre animal : si vous décidez d’attendre à cinq ou six mois pour l’éduquer, le conflit sera invariablement l’issue finale. Et dans de telles situations, tous sont perdants!

Même si la fourrure du chiot n’est pas suffisamment longue pour qu’elle s’emmêle, brossez-la! Lavez ses oreilles, coupez ses griffes (ou limez-les si vous avez peur de le blesser), regardez dans sa gueule, massez ses pattes et sa queue, bref, ma-ni-pu-lez-le!!!

Comment faire pour savoir si vous en faites suffisamment? Rien n’est plus simple : si votre animal a une réticence à se faire manipuler à un certain endroit, c’est que vous devrez en faire davantage à cet endroit.

Il vaut mieux travailler le chien 10 fois par jour à raison de 2 à 3 minutes à chaque fois que de faire 20 à 30 minutes en une seule fois. Notre but n’est pas de rebuter l’animal, mais de lui enseigner patience et collaboration. Les premiers mois, il est important de répéter ces actions à chaque jour. Vers l’âge d’un an, une fois par semaine peut suffire. Mais si l’animal devient un peu plus rebelle aux manipulations, on devra augmenter les répétitions car malheureusement, rien n’est jamais acquis de façon permanente!

En plus d’avoir un compagnon agréable à entretenir, la relation que vous développerez avec lui sera, à long terme, beaucoup plus harmonieuse. De plus, votre vétérinaire et votre toiletteur vous en seront reconnaissants!

 

 







BRENDA ASNICAR |
sandyreve |
pascal |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | En passant par la Lorraine....
| pompierdelain
| zaovitch2